Planète comme une

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, janvier 15 2012

Marcelle

Billet original sur the fishfish'soap

samedi, janvier 14 2012

Chlorophylle ensoleillée

Billet original sur PEINTURES DE GANDHA . www.gandha.fr

lundi, janvier 9 2012

2012-2014 Une nouvelle terre - A new earth ?

Auroville (Inde) Méditation sous un banian dans un temple (Huile 20M 72 x 50cm)

" J'étais avec mes deux meilleurs amis...on marchait dans la nature ; soudain, on vit le soleil qui se mettait à émettre des rayons incroyables, c'est comme s'il était en train d'imploser...On a regardé le spectacle un moment, c'était beau, on voyait des paquets de lumières, des rayonnements comme on ne connaît pas,  arriver sur la terre de façon régulière, c'était un spectacle fabuleux...Nous nous sentions en joie, super-heureux, le coeur rempli de joie, comme si c'était le moment qu'on attendait depuis si longtemps. En même temps, on avait un peu peur...
Et puis, on a décidé d'aller se mettre à l'abri, car le phénomène était quand même un peu inquiétant...On y est resté un certain temps...puis on est ressorti...Ouaouh, c'était super, il y avait un deuxième soleil dans le ciel...La terre était métamorphosée, il n'y avait plus de voiture,  plus de plastique, toutes les pollutions et problèmes actuels avaient été nettoyées, tu n'imagines pas comme c'était beau...la nature était intacte, magnifique ...! Et tu te rends compte, on était toujours là..."

Songe de Camille, mon fils, 19 ans...


" I was with my two best friends...walking in nature. Suddenly, we looked at the sun, it was bursting out as if it were imploding, we could see rays of light, wonderful beams coming to earth...We were feeling great joy in our heart, as if we had been waiting for that moment for so long...At the same time, we were a bit frightened...so we decided to look for a shelter...After a certain time, we got out of it : the show was extraordinary...The earth was totally renewed. There was another sun in the sky...Nature was intact, luminous, gorgeous, so wonderful,  no more pollution, no more car, no more plastic...And we were there...so great ! " 
A dream of my son, Camille, 19.

Billet original sur aquaryoga

dimanche, janvier 8 2012

Intérieur - extérieur

Le travail sur le magma avant de pouvoir respirer à l'air libre...


Billet original sur Phytospiritualité

samedi, janvier 7 2012

2012 Dans la conscience d'Unité , vivre le Coeur Unique

Méditation sous un banian près d'une divinité 
à Auroville (détail d'une huile en cours)

En ce matin du sept janvier, je veux partager avec les lecteurs (trices) de ce blog la merveille qu'est de se trouver dans la conscience d'Unité, celle de porter son attention sur le fait qu'en réalité nous ne sommes qu'Un.
Comment cela est-il prouvé ?
Je finissais ma petite séance de Hatha Yoga ce matin par une petite méditation. Voici ce qui s'est produit, c'est la simple vérité, une évidence de l'expérience vécue. 

Entrez doucement dans le coeur, ce que je fis dans cette méditation. Simple effort d'attention pour quitter le centre du mental (le point de conscience où l'on se situe d'ordinaire entre les deux yeux), et se laisser glisser, comme un point de notre attention au centre du souffle. Lâcher prise, s'abandonner totalement à la présence. 
Je suis ce que je suis, abandonné dans le bien-être du vivant, ressentir le souffle qui va et vient. 
A cet instant, une forme pensée : mon amie MF est là, je la sens, elle est reliée à moi. Sa présence est réelle puisque je la ressens, le seul fait d'avoir une pensée pour elle lorsque je me suis abandonnée l'a appelée dans sa multi-dimensionnalité. Qu'est-ce-à dire ? juste ce fait, sa conscience-esprit, sa conscience supérieure (pas nécessairement celle de sa personnalité à cet instant peut-être occupée à des actes quotidiens) est là, tout près de moi. Il suffit de me laisser aller à ce ressenti pour voir avec le coeur qu'elle est vraiment ici avec moi, en cet instant en présence et ...c'est merveille. Je ressens combien j'ai de l'amour pour elle, combien c'est bonheur que nous soyons ensemble en cet instant.
 Nous nous sommes juste fait un " hug ", comme disent les anglo-saxons, juste pris les mains, ceci uniquement en subtil bien sûr. Dans le réel, mon corps immobile était au repos, tandis que mon esprit était dans cette présence en unité avec elle...
Cela a duré plusieurs minutes, juste être ensemble en harmonie-amour-unité tous les deux, comme Un, Un effectivement, le coeur grand ouvert (impression palpable d'ouverture dans la poitrine et de bonheur...).

Faites l'expérience, mettez-vous en méditation en présence d'un être cher. Vivez cette unité. 
Unité sacrée de l'Être Unique. Deux amis, mais un seul esprit : esprit d'amour, d'harmonie et de beauté.
Et cela nourrit pour le restant de la journée...

Belle journée dans la présence...ceci peut-être vécu aussi dans la vie quotidienne par la simple présence à l'instant. Présence totale sans pensée dans la seconde qui s'écoule. Présence aux autres, présence à soi, à Soi, au monde. 
Conscience pure et félicité, joie d'être.
(NB : ceci est réel puisque j'en ai eu la preuve de cette même amie, que j'avais vu soudain dans ma journée, il y a quelques temps, alors que j'étais au volant. J'en avais été touché...Elle m'avait confirmé le soir au téléphone qu'effectivement à cet instant précis, elle avait pensée à moi...Voyez  ainsi combien la réalité de ces connexions d'être à être est palpable, faites-en l'expérience) 

Bel instant présent. Dans l'Unité, tout est juste et bon.

Billet original sur aquaryoga

HOLIDAY

Billet original sur the fishfish'soap

Emergence

Billet original sur PEINTURES DE GANDHA . www.gandha.fr

jeudi, janvier 5 2012

Être Soi, Zen dans l'instant présent

Banian, détail d'une huile en cours

Voici, l'Archange qui est en toi pour te dire les temps présents. Que pourrait-il
te dire d'autre que cela (te dire les temps présents) car rien d'autre que cela n'existe. Les temps est même un abus de langage car seul le temps présent existe et le reste est illusion. C'est cette vérité pure lumière qui se met en place en les esprits égarés que vous étiez en incarnation. Aujourd'hui vous reconnaissez que vous vous êtes leurrés dans les mirages du passé-futur oubliant l'essentiel, l'essence-ciel qui est l'ici-à présent. Soyez vigilants dans cet apprentissage de l'instant. Chaque fois que l'égarement vient, que votre esprit vaque dans l'espace sidérale de l'illusion du passé, marques émotions inscrites dans votre cerveau, ou que ce même esprit s'égare dans les mirages du futur inexistant, pure potentiel infini qui ne dépend pas de l'ego, de la volonté de personnalité, vous êtes en exil.
Exil de soi, exil de Soi. 
Le Soi n'est que dans la Présence qui est présent-cadeau de la totalité, c'est à dire pur amour, pure inspiration, pure attention au Tout Univers, projection de votre conscience, de la Conscience. 
Vous faites l'expérience de ce prolongement de votre pensée-conscience qu'est le monde.
Vivez le dans le lâcher-prise en totale confiance, confiance en la Vie, pure, qui pousse depuis le plus profond du Coeur.
Le temps présent est  l'essentiel, l'essence-ciel, les sens - ciel...
Songez bien en écho à ce que disent ces jeux, jeux de mots, jeux de vérité du langage des oiseaux qui parlent à l'Âme pour la relier à l'Esprit Unique. 


Le banian est un arbre indien qui à lui seul sait dire - ce pouquoi il est sacré en Inde-  - l'importance de la présence. La multiplicité de ses racines aériennes, qui lui font comme des troncs supplémentaires, est le garant de sa présence au monde. Multiple par ses racines, et Un ...Symbole de l'Un qui s'est divisé dans le multiple et cependant toujours Un.
Ce que vous êtes, ce que nous sommes...
" Un seul,
Un sans second...Atman " disait Arnaud Desjardins en réunissant ses deux mains...

Billet original sur aquaryoga

mardi, janvier 3 2012

Chacun EST différent...

Billet original sur PEINTURES DE GANDHA . www.gandha.fr

lundi, janvier 2 2012

Fantasy

Billet original sur the fishfish'soap

2012 Le choix ...Nouveau paradigme ou dépression



2012 ...nous y sommes...
Et nous sommes nombreux à avoir attendu cette année, ces moments qui s'approchent.

Voici.
Tandis que nous entrons dans cette année il nous faut prendre conscience que désormais, nous avons un choix décisif, décisif collectivement et individuellement.
Notre système solaire entre dans une zone particulière de la galaxie (la nôtre, la voix lactée). Il ne la traverse qu'une fois tous les 300000 ans en gros : c'est le grand cycle indien du Manvantara qui s'achève ou reprend à zero...
Nous passons donc cette année 2012 sur le plan elliptique et notre soleil va s'aligner parfaitement avec le soleil central - le trou noir - au centre de notre voie lactée. Les énergies seront telles que nous devront lâcher prise totalement.
Le sage Nithyananda, un jeune Maître indien explique dans une conférence (voir le lien d'un extrait de 5 minutes ici ) que nous entrons donc dans un espace qui nous met dans un état de conscience particulier qui est celui-ci : " Pas ou peu de pensée, beaucoup d'actions " ...Dés lors, nous avons le choix : accepter cet état et se laisser guider dans celui-ci, ce sera alors la joie d'abord, joie d'être, puis l'illumination. Ou (autre choix), considérer cet état comme anormal et le voir comme une dépression
(" je suis dépressif, je ne pense plus..." ).
Ceux qui se sont préparés depuis de nombreuses années par les yoga, la méditation, une saddhana etc. sont prêts au grand bond...Les autres vont sombrer dans la dépression et ceci est vrai tant au niveau des personnes humaines que des structures. Toute structure humaine qui serait encore dans l'ancienne énergie où le mental est roi, est assurée de s'effondrer, de sombrer dans le pire cauchemar, la peur et la dépression.

Ceux qui entreront dans ce nouvel état d'être peuvent être certains de passer le cap de ce nouvel âge...Ce nouvel âge d'or, le Satya Yuga de l'hindouïsme, âge de l'Être qui succède donc à l'âge sombre du kali yuga dans lequel nous avons sombrés depuis quatre mille cinq-cent ans.
Nithyananda explique que c'est cette même zone de l'univers que nous avions traversé lorsque le Seigneur Krishna était incarné et que pour empêcher le chaos total, le Seigneur Krishna avait organisé le combat avec les Pandavas, combat qui est raconté dans la Bhagavad Gita, combat entre les forces de la lumière (ceux qui sont reliés à l'Être) et les démons (ceux qui sont dans le mental et les émotions).
Alors, sachons faire le bon choix pour nous orienter vers notre ligne de vie idéale, chaque Un, chacun.

La période du 12.12.12 au 21.12.12 est particulièrement dangereuse à cet égard, outre les prévisions de toutes les prophéties et également des " web-bot ", logiciels sur-puissants qui sondent l'internet pour mettre à jour les tendances inconscientes de l'humanité au travers de l'analyse des mots clefs des sites, blogs mondiaux...Et tout converge à donner cette révélation de ces temps particuliers : nous attendons tous collectivement ce grand moment : celui du passage.
Ce passage serait aussi marqué par trois jours d'obscurité, au cours desquels nous ferons le retournement intérieur en Soi, connexion ultime à nos guides, et surtout le premier d'entre eux - la Mère divine (ou Christ/Krishna.).
Le 21 décembre dernier, je participais à une constellation astrologique avec Bénédicte Pinard et j'incarnais (on me l'a demandé) le soleil. Uni à Soleil, j'ai ressenti une impression colossale et les larmes me sont venues : c'est Christ / Krishna qui était en moi, car c'est lui qui est incarné dans le soleil, et chacun de nous reçoit donc en son coeur son énergie, sa présence. C'était très fort.
" Soyez la lumière que vous êtes ..." " vous êtes Christ, lumière en ce monde..." disait le Soleil.
" Il viendra comme un voleur dans la nuit " dit l'apocalypse de Saint Jean.
Ces temps sont ....maintenant. Accueillons Christ/Krishna en notre coeur. Laissons nous guider, instant par instant par l'intuition de ce qu'il nous donne...à faire, à agir.
Belle année 2012 dans le Coeur Unique.
Nous sommes aimés infiniment pour ce rêve de paradis que nous créons en ces temps...
Et les planètes, les grand Êtres stellaires qui nous accompagnent dans cette élévation, sont en joie.
Il suffit, dit Nithyananda que nous soyons dix millions de personnes humaines éveillés pour que l'âge d'or s'établisse...
Encore un tout petit effort.
2011 est finie et avec elle, le grand nettoyage de l'illusion de l'âme...
Vive 2012 et le nouvel âge d'or!
Je vous aime.
JérÔMe Elvah
Au service


Billet original sur aquaryoga

dimanche, janvier 1 2012

Voeux

.




.

Billet original sur NeD blog

samedi, décembre 31 2011

Danse

.

L'année s'achève aussi avec ce solstice déconstructeur.
L'opéra de la Chaufferie, dans ses ultimes scènes du dernier acte, nous avait même offert une danse, moins funèbre que transformatrice, pour un vrai rituel de passage devant l'ombre même du Totem ! C'était dimanche 18.






Le dernier jour (mardi 20), il y eut d'abord un ultime sacrifice par le feu pour découper les pieds du parallélépipède qui n'est plus qu'un dessin.
Alors qu'il reposait depuis trois jours sur la masse de ses tripes, le cœur de la chaufferie, singulier et plutôt cylindrique, aux veines et artères visibles, ce cœur fut alors mis à terre définitivement par son vainqueur - mais non vain cœur, car l'homme (c'était le chef) l'accompagna jusqu'au bout avec son attention.





°

La déconstruction n'est pas simplement la décomposition d'une structure architecturale, c'est aussi une question sur le fondement, sur le rapport fondement/fondé ; sur la clôture de la structure, sur toute une architecture de la philosophie.
Jacques Derrida (>>suite)
 .
La déconstruction est un terme remis d'actualité ces derniers temps, en particulier avec l'affaire du "cargo noir" en Bretagne.
La déconstruction est contenue dans l'essence même de la construction. Sa mise en scène contient nécessairement des éléments symboliques qui donnent un sens (et un non-sens) à la construction. On peut même se demander si ce n'est pas la déconstruction qui contient la construction... On (re)découvre le silence lorsque l'on cesse de faire du bruit.
L'opéra de la Chaufferie laisse apparaître après 6 mois de représentations (et près de 4000 clichés) que la déconstruction est une analogie puissante d'un processus (noir) de transmutation.
 J. Derrida fut un militant (ambigu et labyrinthique) d'une pensée alternative, et comme certains, un ennemi du dualisme dictatorial des opposés et de la pensée binaire. D'après lui, la déconstruction est un chantier de différence, une différAnce. Elle n'a pas de lieu, elle est donc u-topique.

Comme le serait une éventuelle "géométrie spirituelle"...

Liens:
- Derrida (1) (2) (3)
- Déconstruction (wiki)
- voir aussi ce curieux, parce que parallèle, billet de "chantier" (jlggbblog)



(20 décembre)


2012, année déconstructiviste ?

o


.

Billet original sur NeD blog

vendredi, décembre 30 2011

Quelques formes de passage vers l'année nouvelle... (2)



Donnez forme à vos projets

Mettez vos résolutions en scène ! En Amérique du Sud, ceux qui souhaitent voyager toute l’année et sans souci font le tour de leur pâté de maison en courant, à minuit pile, une valise pleine de vêtements à la main !
• Règle du jeu. À 23 h 45, chaque convive part dans la maison chercher un objet qui incarne un souhait, un projet, une résolution importante pour les mois à venir. À minuit, tout le monde se retrouve et on détaille tour à tour son choix.
• Avec qui. En famille ou entre amis. Pour les joueurs, les âmes d’enfant, et les petits à partir de 5 ans.
• Variante. Pour faire durer le jeu, on peut aussi déposer les objets sélectionnés en catimini dans une pièce où la lumière est éteinte (pour ne pas voir ce qui a déjà été apporté). Une fois les objets rassemblés, chacun devra deviner lequel a choisi son voisin et en déduire son projet.






Faites votre entrée en silence

Débutez l’année en silence pour goûter pleinement ce moment, ces minutes nouvelles. Demeurez présent à cet instant, en communion avec les autres convives, peut-être avec le Tout autre...
• Règle du jeu. Il faut du temps pour entrer dans le silence. Mieux vaut se préparer 10 minutes avant minuit, en invitant chacun à trouver une position confortable pour s’asseoir. Vous pouvez proposer de se centrer sur sa respiration. L’animateur peut signaler le passage à la nouvelle année en agitant une cloche, par exemple, puis inviter à rompre le silence 5 minutes après.
• Avec qui. Ceux qui sont familiers avec la pratique du silence.
• Variante. Poursuivre par la lecture d’un psaume ou en entonnant des chants.







Ouvrez la boîte

Choisissez une belle boîte, boîte à bijoux, coffret exotique... Demandez à chaque participant d’inscrire sur un papier un proverbe qui l’a inspiré durant cette année. Ce peut être une citation chinoise, indienne, zen, de votre région ou issue de la Bible. Vous pouvez aussi inventer une maxime. Chacun dépose son papier dans la boîte. Puis l’animateur invite les convives
à en retirer un et à partager ce que la citation leur évoque pour l’année à venir.

• Règle du jeu. Vous pouvez effectuer la lecture en une seule fois ou bien l’intercaler entre chaque plat, de façon à rythmer la soirée.
• Avec qui. Pour toutes les générations. On peut éventuellement demander aux enfants de confectionner la boîte durant l’après-midi du 31 décembre.
• Variante. Chaque participant mime son proverbe pour donner à la soirée un aspect plus ludique.




 Commencez au ralenti

Quand les 12 coups de minuit sonnent, on a tendance à se précipiter pour se souhaiter la bonne année. Mais ces réjouissances ne durent pas. L’idée : prendre le temps de présenter ses vœux.
• Règle du jeu. 5 minutes avant le changement d’année, l’animateur invite les convives à former une ronde en se mettant deux par deux. À minuit, chacun embrasse son partenaire et formule un vœu qui soit vraiment personnalisé. Puis, on se décale d’un cran, et on recommence avec son nouvel interlocuteur. Jusqu’à avoir fait le tour du cercle.
• Avec qui. Des personnes qui aiment prendre leur temps.
• Variante. Chaque invité inscrit son nom sur un morceau de papier qu’il place dans un chapeau. Le moment venu, la moitié des convives puisent un nom pour constituer les premiers duos.


Souce : La VIE

Billet original sur Phytospiritualité

Other Lives

Billet original sur the fishfish'soap

lundi, décembre 26 2011

Intouchables - Musique Danse "September"

Billet original sur the fishfish'soap

dimanche, décembre 25 2011

Quand tu pries avec Philippe Mac Leod

Quand tu pries, ne fais pas de la position ton premier souci, ne te perds pas en observations anatomiques, en pointilleux retours sur des sensations que tu grossis toi-même, surveillant la verticalité de la nuque, redressant l’inclinaison d’une épaule ou reprenant sans cesse l’appui d’une jambe. S’il est un équilibre, il viendra du dedans. Parce que la prière est intérieure, le corps lui-même ne trouvera sa place que si l’âme est bien placée, l’âme qui est au centre de ton corps, davantage même, l’âme se rassemblant en son centre le plus intérieur qui est l’esprit, en deçà de tout sentiment, de toute image, de toute parole retournant au silence qui lui donne naissance. Tu es façonné comme un soleil, sur un noyau d’une extrême densité à partir duquel ta vie rayonne. Plus tu t’attacheras au centre, plus puissant sera ton rayonnement.


N’attache pas non plus trop de soin au souffle, à une sorte de respiration assistée selon des règles apprises, si bienfaisantes soient-elles : ce serait encore te tromper gravement sur la prière comme sur la nature profonde du souffle qui t’habite. Que ton âme s’apaise en se rassemblant, et sa paix gagnera immédiatement tous tes membres, imprimant de l’intérieur un rythme plus lent à ton souffle, plus égal et plus large, que tu n’as pas cherché, qui s’est accordé de lui-même dès que le contact se rétablit avec le cœur profond. Il s’agit bien de retrouver le souffle, mais originel, primitif, qui n’est pas seulement ta respiration, mais ce qui te porte, te soutient, le vaste et profond courant qui te traverse.

Tu l’as bien compris, la prière intérieure est le monde de la foi pure, de l’amour pur, de l’espérance pure. Aucun semblant, aucun dérivatif ne nous sépare plus de celui que nous aimons, que nous espérons, que nous savons là. Le dépouillement devient tel que le cœur semble seul ou qu’il a tout envahi. La foi aiguisée à ce degré de pureté devient contact, au-delà des considérations, qui toujours reviennent mais se dissolvent aussitôt sous la poussée légère d’un seul mouvement de l’être, le plus entier et le plus intime qui soit, comme un élan immobile, un vertige retenu, une attente comblée, un bonheur jailli de l’oubli de soi.

Il ne se passe rien, pourtant, le temps passe on ne sait comment. Comme si le fait d’être là, d’être tout court, nécessitait toute notre attention, toute notre énergie. On ne réfléchit pas, on trempe ses facultés dans une lumière qui les imprègne en les unifiant, en les affinant. Rien de sensible néanmoins, une sorte de travail en sous-main, d’autant plus efficace qu’on s’en absente.

Une force étrange opère alors, faite de puissance et de douceur à la fois, de paix et d’arrachement. Nous descendons mais en même temps nous avançons. Nous descendons mais nous ne sommes pas noyés, submergés. Plutôt portés, comme une marche sur les eaux, avec néanmoins le sentiment persistant de la profondeur, mais vaste, spacieuse, habitable. On y respire. Il n’est plus aucun poids qui nous fasse couler. C’est la mer qui se fend à nouveau, l’abîme qui se dénoue et forme une haute muraille palpitante de part et d’autre, et tu passes à pied sec, tu avances immobile, en confiance, vers l’autre rive, celle de la liberté, celle de la présence qui te rachète de la multitude des riens dont tu vivais et qui maintenant flottent à la surface des eaux refermées.

Philippe Mac Leod est écrivain et a publié plusieurs recueils de poésie. Son dernier ouvrage, Sens et Beauté, est paru aux éditions Ad Solem.

Billet original sur Phytospiritualité

Christmas In Hawaii

Billet original sur the fishfish'beginner

samedi, décembre 24 2011

Noël et son pouvoir transformateur avec Arnaud Desjardins

La vie du Christ, telle que des historiens peuvent la reconstituer, est à la fois l'histoire d'un homme et en même temps une dramaturgie sacrée décrivant le cheminement intérieur de tout homme. La nuit de Noël est en nous, avec l'étable, l'âne et le boeuf, la naissance de l'enfant est en nous et l'agonie suivie de la résurrection sont également en nous. L'ensemble des fidèles peut intérioriser ces différentes phases de la vie du Christ à travers l'année liturgique- l'Avent, Noël, le Carême, Pâques, la Pentecôte. Ce cycle remanifestant chaque année la totalité du chemin permet au chrétien d'approfondir l'enseignement que représente le mythe christique. Celui-ci acquiert alors un réel pouvoir transformateur pour celui qui le médite.

ARNAUD DESJARDINS
VÉRONIQUE LOISELEUR
En relisant les Evangiles

Billet original sur Phytospiritualité

jeudi, décembre 22 2011

Notes de glace...

A votre santé, remplissez vos verres...

Billet original sur Phytospiritualité

- page 1 de 161